Rencontre avec James Eadie

Rencontre avec James Eadie

Nous nous sommes retrouvés cette semaine pour discuter produits, comme souvent. Parmi d’autres, l’embouteillage indépendant James Eadie !

J’en entends plusieurs murmurer: “Qui?”

James Eadie Whisky Embouteileur Indépendant Ecossais Single Malt

Historique d’un nom du whisky, par Jocelyn Vanel (maison DUGAS) :

Né en Écosse durant la première moitié du 19ème siècle, James Eadie entama sa carrière à l’âge précoce de quatorze ans comme blender dans l’industrie du thé.

À 25 ans il décida de se lancer dans le commerce alors florissant de la bière. 

En 1854, il établit une brasserie et ouvrit ses premiers pubs pour la commercialiser. Moins de trois décennies plus tard, James Eadie se retrouvait à la tête d’un empire de 300 établissements où il vendait sa production.

Grâce aux liquidités générées par sa marque, il déposa en 1877 un des premiers logos de l’histoire. Un simple “X”, sous lequel il commercialisa un blended scotch whisky qui connu son heure de gloire durant la période victorienne. Une boisson dont Alfred Barnard fit l’éloge dans son ouvrage “The whisky distilleries of the United Kingdom”.

Mais comme bien des noms de cette époque, James Eadie sombra dans l’oubli et la marque disparut dans les années qui suivirent la seconde guerre mondiale…

Il faudra attendre 2017 pour que l’arrière arrière petit-fils du créateur visionnaire, Rupert Patrick, après de longues recherches dans les archives brassicoles de Burton-on-Trent, relance la marque au “X”.

Merci à Jocelyn, spécialiste participant à la distribution de la marque en France, pour ce résumé! Une première contribution à Drammed! qui en appelle d’autres prochainement.

Place aux notes concernant trois produits de la gamme dégustés ensemble :

Inchgower 9 ans – First fill bourbon 46% | 65 € PMC

 

James Eadie Inchgower Single Malt Speyside Small Batch Cask 9 Scotch Whisky 46%

Robe: Or.

Nez: Léger, sans agressivité. Début d’expression sur les fruits frais (pomme Granny Smith/poire/banane), puis céréale et fleurs séchées (iris), voire foin. Sans chercher à faire de la poésie, un véritable été indien en chemin vers l’automne! Une pointe de crème pâtissière mêlée de guimauve acidulée en dernier ressenti olfactif avant la mise en bouche.

Bouche: Une attaque droite et nette, tranchante mais sans agressivité particulière. La banane rappelle le nez, et la pomme devenue Gala persistante (rouge juteuse). Le fruit est donc devenu plus gourmand, et le whisky s’en ressent moins sec que prévu bien que tout en fraîcheur. Développement du palais sur des sensations plus florales : iris, anis frais en longueur. De nouveau une note de banane, acidulée cette fois.

Un Speyside comme on voudrait plus souvent! Voilà un whisky dont la jeunesse est certainement un atout pour le développement, caractéristique de la région, de sa palette aromatique fruitée. Un bel Inchgower, tout en subtilité et en fraîcheur!

Blair Athol 14 ans – Single Cask – Refill sherry 59,8% | 100 € PMC

 

James Eadie Blair Athol 14 Single Cask Cask Strength 59.8% Single Malt Scotch Whisky

Robe: Or tirant sur l’ambre.

Nez: Puissant sans gêne, manifeste d’équilibre et de sobriété. Pâte feuilletée et praline. Évolution sur des notes de miel évoquant le chouchen. Pomme cuite, jus de pomme naturel, Calvados. Après ouverture prolongée, légère note pétroleuse.

Bouche: Attaque sur un chocolat pâtissier, puis astringence amenant au cookie. Évolution fruitée sur poire au chocolat, eau de vie de poire même. Gourmand et très équilibré, tendre et vif à la fois.

Un fil rouge sur diverses expressions de pomme et une omniprésence du chocolat marié au fruit en bouche. Un régal sobre, à la fois fidèle au caractère originel de la distillerie et surprenant par les résultats de son élevage!

Caol Ila 10 ans – Bourbon refill 46% | 70 € PMC

 

Caol Ila 10 James Eadie Small Batch 46% Single Malt Scotch Whisky

Robe : Paille

Nez : Première impression très verte et empyreumatique sur du plastique brûlé. Interviennent et dominent ensuite les épices douces, goulash et paprika fumé. Se développe ensuite une sensation de bœuf déglacé au bourbon, suivie d’une pointe cajun à travers une touche de cannelle. Finale rappelant le PVC neuf et la colle industrielle.

Bouche : Attaque sur un arôme de bois de réglisse à mâcher, suivi de fumée de bois façon feu de camp. La pomme sert ici encore les intérêts d’un fruit particulièrement frais et juste. L’étirement final apporte un léger effet vernis/lasure et bois vert.

Un whisky tourbé et cendré, tout en finesse, et particulièrement curieux sur la pomme pour un Caol Ila! Bel élevage trompeur de cette distillerie aux tendances huileuses, pour beaucoup de fraîcheur et de légèreté malgré son caractère très entier.

Dans l’ensemble, il faut reconnaître cohérence et qualité dans l’attention apportée aux élevages James Eadie. Le boisé auquel on pourrait s’attendre à l’étude des robes, particulièrement sur des whiskies jeunes, révèle et développe originalité et finesse sur des fruités très élégants. En effet, ici aucune exagération facile de notes vanillées et/ou coco…

De façon plus pragmatique, le rapport qualité/prix est discutable pour le Blair Athol – Cask Strength… Soit, mais ce positionnement ne fait que répondre aux exigences du marché actuel.

Nous avons eu la chance de goûter et d’apprécier trois produits très intéressants, trois whiskies méritant attention!

Et pour finir, que dire? Longue vie à James Eadie! Slainte!

Très prochainement, en addition à cet article, dégustation du fameux blended “X” ayant consruit la réputation de James Eadie

Partagez cet article

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *